J’ai toujours rêvé d’avoir un chat!

Un jour,les chats domineront le monde.Mais pas demain:demain y’a vomi au pied du lit!Top 12 des choses auxquelles tout propriétaire de chat doit dire adieu!

Voilà. Nous y sommes. Depuis le temps que je te parle de ma chatte sur facebook, il était grand temps que j’en fasse un véritable article.

Parce que c’est un vrai sujet de fond. Un grand débat de société.

Parce que ma chatte intéresse la terre entière, j’en suis convaincue.

POP POP POP : ne va pas te faire fausse idée. Rien de coquin là-dessous 😉 Je te parle évidemment de mes matous…

CHAT8

Nous, propriétaires de félins, avons tous une liste de choses auxquelles nous avons du renoncer le jour où ces derniers sont entrés dans notre vie ; Ou plutôt, dans notre appartement.

Pour ma part, depuis quelques années maintenant, je cohabite avec deux chattes (ouais, ça fait très vieille fille, je sais…) : Joséphine, la maman, toute noire et caractérielle, et Bettie’Mouch, sa fille, une petite siamoise totalement névrosée qui pourra très facilement s‘intégrer dans un clan de suricates si un jour elle souhaite changer de vie.

Et force est de constater que depuis qu’elles font partie de ma vie, j’ai du dire adieu à pas mal de choses. Lesquelles ? Voici le top 12 !

[youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »mwhX5V1Gn6w »]

*****

Top 12 des choses auxquelles j’ai du dire adieu depuis que j’ai des chats

1) Ma liberté

chatsdb

-« T’as vu comme elle a pris du cul notre humaine de compagnie? » -« Grave faudra penser à ne plus lui donner de Granolas… »

Oui, ce ne sont pas MES chats : les maîtres ce sont EUX. JE suis leur « humaine de compagnie », et il s’agirait pour moi de ne pas l’oublier et de ne pas trop prendre la confiance quand ils lâchent du lest…

chat2

*****

2) …Et forcément : ma maison

La suite logique : je vis chez EUX. Ils ont la grande bonté de m’héberger, il ne faudrait pas trop la ramener non plus hein !
Bien souvent, quand j’essaie de leur imposer mes goûts et ma déco, ils me font comprendre sans ambages que je dépasse clairement leur seuil de tolérance…

« Dégage ta musique de dégénérée, humain » :

garorock
« Ceci n’est pas un canapé, c’est mon griffoir » …« Ou mon cheval, au choix » :

CHAT6
« Ce sopalin n’avait rien à foutre sur notre table, humain. Allez tu ramasses et tu fermes bien ta gueule maint’nant »…

chat10

*****

3) Le plaisir d’avoir des fleurs sur la table !

[youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »J6VS5M9Tr6A »]

Le chat est la seule chose qui doit sentir bon dans la maison. Selon ses propres critères olfactifs bien sur. Toute plante et autre fleur n’a rien à faire dans son environnement.

Plante verte = litière secondaire = digeo (oui tu sais, celui qu’il prend pour se purger après le repas et qu’il vomit pile poil sur le tapis après…comme nous les soirs de beuverie) = « dans le jardin à la rigueur mais rien à foutre à l’intérieur nan mais oh ! »

La pire provocation pour le chat ? Un vase avec des fleurs sur la table. Durée de vie moyenne : une heure (le temps qu’il rassemble toute son énergie pour balancer tout ça par terre. Ouais, pas évident entre deux siestes, faut pas déconner…)

*****

4) Un mec dans mon lit !

On n’impose pas des câlins à un chat : c’est lui qui décide du moment et des gens à qui il souhaite faire l’honneur de sa présence affectueuse.

« Viens mon beybey ! Viens faire câlin à maman ! Allez viens voir maman ! »

Pauvre naïve… Comme si le chat allait se rabaisser à ça…

Non, le seul moment où le chat décide de te coller avec amour, c’est quand tu essaies à tout prix de le virer. Parmi les exemples les plus fréquents : quand t’es toute nue et pas vraiment toute seule dans ton lit… Jouer des jambes pour lui faire comprendre qu’il n’a rien à foutre là est peine perdue : c’est MAINTENANT qu’il veut te montrer son affection, donc il convient de cesser de l’accorder à un autre et de te prosterner devant maître chat.

[youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »yWr4dGO3WGE »]

*****

5) Ce petit perfecto Noir que je guettais depuis des mois dans la vitrine !

Oui, parce qu’au moment où t’as enfin réussi à mettre 150 euros de côté pour te l’offrir, PAF le chat te fait une crise d’urticaire de par-dessus les fagots, et tout propriétaire de chat sait ce que veut dire « aller chez le vétérinaire » : y laisser un demi bras… Et ça c’est pas remboursé par la sécurité sociale.

Le jour où mon véto m’a expliqué que ma Joséphine faisait de l’urticaire car « elle est trop stressée » alors que madame vit dans une maison avec jardin privatif, où elle peut grimper aux arbres, courir après les oiseaux, se dorer la pilule au soleil après avoir bouffé ses croquettes de luxe en compagnie de sa fillote que j’ai gardé car ça me faisait trop mal au cœur de les séparer (hashtag fragile, pigeonne, bouffonne…), je me suis vraiment demandé si on allait pas un peu loin dans le foutage de gueule….

*****

6) L’esprit logique !

Oui, tout propriétaire de chat finit par perdre ses critères de bon sens en observant la logique de son greffier.

Le chat, cet animal qui se lèche avec dégoût pendant 1h après que tu l’aies effleuré de la main, mais qui va ensuite se rouler sur le paillasson de la porte d’entrée (puis sauter dans le lit dont tu viens de changer les draps, sinon c’est pas drôle).

chat4

Bon, et puis autre logique que le chat vient perturber : ressortir avec un ex, c’est comme manger son vomi, entend-on souvent dire. Et bah va expliquer ça à un chat, hein….

*****

7) Le port de vêtements noirs !

Si tu as un chat et que je te dis : pull noir, pantalon de tailleur, petite robe noire, duffel-coat noir…NAAAN arrête de pleurer !!!!

Oui, pour les propriétaires de chat, ses vêtements sont proscrits, sauf si l’on finit par s’habituer à les agrémenter de poils et à passer pour une sale (moi, perso, ça ne me dérange plus…je me suis habituée à passer pour une poilue, c’est mon côté féministe)

*****

8) …Et des collants autres qu’opaques

Ah oui, parmi les moments que le chat choisit pour te montrer tout son amour, j’oubliais celui-ci : les matins où, naïve et innocente que tu es, tu as décidé de porter un collant fin.
Provocation insolente pour ton maître de se voir éconduit lorsqu’il tente de se frotter à tes jambes : Freddy-lesgriffes-de-la-nuit se réveille, et…CHTOUING : un accroc ! MOUHAHAHAHA !

freddy
Pour ma part, je suis faible et je ne porte plus que des collants opaques bien solides.
Oui, je m’adapte à mes chats, je sais, c’est affolant…

*****

9) Le respect de mes potes

Oh, ils ne me le disent jamais, mais je vois bien dans leur regard toute la crainte qu’ils ont pour ma santé mentale quand ils m’entendent parler (que dis-je…faire ma conversation plutôt !) avec mes « enfants ».

Folle_aux_chats

10) Des réveils en douceur

Ma routine beauté du matin :

Première étape : le chat qui hurle pour que tu remplisses sa gamelle. A 7h, pas une minute de plus. De toute façon si tu tentes de te rebeller et de rester au lit, ce sont tes pieds qui en pâtiront. #FreddyLesGriffesDeLaNuit

Deuxième étape : glisser dans le petit vomi laissé aux pieds du lit (Que l’on m’explique POURQUOI, dans 99% des cas, la piste d’atterrissage du vomi de chat est TOUJOURS juste à côté du lit ?), puis le ramasser avec dégoût sans même avoir pris son café.

*****

11) La joie de recevoir des cadeaux !

Vous, parents, vous vous plaignez des colliers de nouilles et boites-à-bijoux en boites de camembert que vous recevez pour la fête des mères, mais que dire de NOUS, propriétaires de chats, quand ces derniers décident de nous faire une offrande ?
Musaraigne éviscérée déposée aux pieds du canapé, moineau à l’agonie se vidant de son sang sur le lit (j’en pleure à chaque fois…c’est horrible 🙁 ), lézard et autres bestioles ragoutantes qu’ils ont chassées avec amour pour toi…hmmm, plaisir d’offrir, joie de recevoir, et à chaque fois une potiche qui hurle dans la maison !!!

*****

12) Des vacances sereines

Propriétaire de chats qui aime d’amour ton animal, tu vas te reconnaître :
15 jours précédant le départ en vacances : « putain putain putain il faut que je trouve quelqu’un pour venir nourrir les chats !!!! » Angoisse, stress, et organisation avec les potes qui ont la gentillesse de gérer en ton absence…

Semaine de vacances : « putain putain putain j’ai pas de nouvelle de Jennifer, j’espère qu’il n’y a pas de souci avec le chat. Tu crois que je dois l’appeler chéri ? Hein ? Hein ? Dis ? Tu crois que je dois l’appeler ? » Angoisse, stress, chéri qui s’agace et qui envisage sérieusement de larguer cette névrosée qui s’inquiète de ses chats plutôt que de créper tranquille sur la plage.

15 jours suivant le retour de vacances : boudage. Gueule. « Je vais te faire payer ton outrecuidance de m’avoir laissé seul une semaine en chiant dans la baignoire (te plains pas humain, la prochaine fois c’est dans tes boots…) et en jouant à Edouard aux mains d’argent avec ton beau fauteuil tout neuf »…

* * * * * * * * * * *

CHAT9
Alors là, comme tous mes amis non propriétaires de chat qui m’entendent régulièrement raconter les facéties de Joséphine et Bettie’Mouch, vous allez me demander : mais pourquoi avoir un chat si c’est autant de contraintes ? Sommes-nous maso, nous les esclaves de ces félins sans vergogne qui nous pourrissent la vie au quotidien ?

Et là aussi, je vais vous répondre ce que tout amoureux des chats vous répondra… La liste de toutes les raisons qui compensent tout ça est longue…

Parce qu’un chat, c’est loin d’être aussi ingrat qu’on ne le pense.

chat11

Voyez-vous, mes deux chats reconnaissent mon pas entre mille, et quand je rentre du boulot elles m’accueillent avec amour sur le pas de la porte. Parce que c’est moi, et personne d’autre.
Et ça, croyez moi que quand vous vivez seule, sans mec à l’horizon, sans famille, c’est une affection précieuse… Beaucoup de personnes âgées vivent avec des chats, pour rompre la solitude dans laquelle nos villes anonymes nous enferment parfois. Je comprends ô combien pourquoi, bien qu’ayant une vie sociale très riche. La présence et l’affection que me portent mes chats m’empêchent de me retrouver face à moi-même, et le néant de mon appart sans jouets d’enfant qui trainent, les soirs où je rentre le cœur lourd d’une énième journée passée sans amour…

L’amour d’un chat est réel, pas lié à une forme de dépendance ou de soumission. Dresser un chat est très compliqué, contrairement à un chien. Le chat reste toujours libre, et ça rend l’importance qu’il nous porte encore plus belle. Quand j’entends dire que les chats sont des animaux égoïstes, intéressés, et sans affection, je me dis que ces gens n’en ont probablement jamais eu.

Quand je pleure, Bettie’mouch ma petite siamoise adorée se met à miauler et ne me lâche pas d’une semelle, comme si elle essayait de me consoler (ça parait fou…). Il y a 15 jours j’ai été malade et je suis restée alitée plusieurs jours : elle a passé tout ce temps sur mes jambes, sans sortir, comme pour me veiller. Joséphine, mon chat noir gourmand qui d’habitude miaule comme une métalleuse si à 7h du mat’ elle n’a pas sa gamelle servie, semblait préférer jeûner que de me réveiller ou me faire lever ces matins de forte fièvre. C’était très troublant…

J’ai aussi eu une autre adorable minette qui se mettait à grogner, cracher et même à mordre un de mes exs quand je me disputais avec lui et qu’il me hurlait dessus.

Je suis convaincue que les chats ressentent véritablement nos émotions, et protègent les êtres qui leur veulent du bien. Quand j’étais petite, mes chats étaient mes confidents, ils recueillaient mes pleurs, et en un sens ils m’ont aidé à grandir en me donnant la sensation d’être écoutée et aimée dans ces moments où les enfants ont l’impression d’être seuls au monde et incompris…

Et que dire de ces chats qui parcourent des milliers de km pour retrouver leurs maîtres ?

Lorsque je suis née, mes parents avaient une chatte siamoise qui s’appelait Clémentine, qui n’a jamais voulu nous suivre quand on a déménagé ailleurs dans le village. A la campagne, les chats sont nourris par tout le monde et font leur läife, donc elle « refait sa vie » ailleurs. 14 ans plus tard, on a vu arriver un beau jour une siamoise chez nous, qui est morte quelques jours plus tard : on a toujours pensé que c’était elle qui avait voulu finir ses derniers jours à nos cotés… Comment croire alors que les chats n’en ont rien à foutre de nous ?

Oui, j’ai des chats et non je suis pas maso .

Parce que le chat est un animal intelligent. Je pourrais passer des heures à les observer, dans ces moments où ils ont un objectif en tête et cherchent par tous les moyens à l’atteindre : ouvrir une porte, chopper un oiseau, sauter d’une rambarde à une autre…

Parce le chat est beau et majestueux. Gracieux, élégant, solitaire et digne, pas étonnant qu’il soit depuis toujours l’animal fétiche et la muse des poètes : Baudelaire, Colette, Anna de Noailles, Paul Eluard, Prévert, etc. Saviez-vous que Freddy Mercury a dédié son premier album solo en 1985 aux amoureux des chats du monde entier?

Loin de moi l’idée de vouloir me comparer à ces grands noms hein, mais j’avoue que la présence de félins à côté de moi quand j’écris m’a toujours inspiré.

Parce qu’il parait aussi que le chat a un effet anti-dépresseur : le ronronnement du chat aurait des effets bénéfiques sur le stress et l’insomnie. J’en suis terriblement convaincue.

Dernièrement, j’ai eu quelques soucis personnels. Certains soirs n’étaient pas évidents. Et bien le simple fait de me coucher contre mes petiotes, de sentir leur ronronnement contre ma tempe rompre le silence angoissant de l’appart, et de plonger mes yeux dans leur regard si profond, si serein, cela m’a apaisé et m’a aidé à de nombreuses reprises à oublier certaines angoisses. J’ai des amis, j’ai ma famille qui est là quand j’ai besoin, j’ai de l’amour quand il en faut, mais à leur manière, elles sont aussi là pour moi quand je vais mal, mes petiotes…

chat3

Parce que l’amour que je leur porte ne fait pas de moi une vieille fille aigrie et sociopathe et ne m’empêche pas d’aimer aussi mes congénères.

Parce que dans certaines périodes de ma vie, la seule chose stable que j’avais, qui me maintenait et m’empêchait de penser que je perdais tout, c’était mes chats : qui m’ont suivi d’apparts en apparts, qui étaient là quand mes parents on divorcé, quand j’ai quitté la bourgogne pour le sud-ouest sans connaitre personne, quand l’homme avec qui je vivais m’a quittée, quand je me suis retrouvée au chômage, quand j’ai rebondis. Et le jour où elles sont parties, même ma mère en a été malade, tellement le lien avec ces chats étaient forts.

Bref, même si parfois leurs facéties me font grincer des dents, je ne m’imagine pas vivre sans chat.
Animal indomptable, solitaire, mystérieux, je me perds parfois dans ton regard mélancolique qui semble voir clair en mon âme : tiens, et si ce qui nous liait vraiment c’était tout simplement de se ressembler ?

[youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »qnfAXeMtUtQ »]