J’ai toujours rêvé de finir 2013 avec toi…

« Je voudrais remercier ma mère et mon père sans qui je ne serais pas née, mon frère, ma sœur même si j’en ai pas, mon mari qui est aussi mon producteur/agent/manager, mon chat, mon poisson rouge et … »

Papotiche, lauréate du César du plus beau sprint  à talons hauts par temps de pluie rue Sainte Catherine un jour de solde

 

bercy

Bon, je m’excuse d’avance, mais ce billet fait un peu cérémonie des Molières… Et comme c’est déjà pas la soirée la plus exaltante de l’année, je vais te la faire courte pour éviter que tu te décroches la mâchoire en baillant, ce qui serait con pour gober les huitres ce soir…

Voilà, nous sommes le 31 décembre 2013, tout comme toi je pense d’avantages à la robe que je vais porter ce soir qu’à la crise de l’euro ou à qui sera le prochain prix Goncourt, mais j’avais envie de me poser 5 minutes pour te dire quelque chose. J’avais bien pensé à t’envoyer une petite carte de vœux avec des chatons dans un panier, mais avant de mordre à pleines quenottes dans cette année 2014 que je te souhaite évidemment truculente, je voulais clore 2013 en te disant tout simplement merci pour tout ce que tu m’as apporté de beau cette année.

 

« Oh la laaaa, ça va, te la pète pas hein !!! T’as juste ouvert un blog, t’as pas inventé la machine à épiler/maquiller/lisser les cheveux en 3 secondes Potiche ! »

 

Oui, tu as raison. Ou pas. Car en ouvrant ce blog le 13 février, je ne savais pas qu’au-delà des papotages pas franchement dignes du Nobel que je coucherais sur la toile, dans mon pyjama en pilou le popotin vissé sur mon canapé léopard, j’allais voir ma vie prendre certains tournants. Je n’imaginais que c’était le début d’une belle aventure qui –le temps de rencontres improbables- me feraient traverser l’écran pour rendre mon quotidien encore plus déjanté qu’il ne l’était déjà.

Oui, j’avais simplement envie de te dire merci…

Avant de lire, mets toi le générique ci dessous en bande son, parce que c’est fêêêêête aujourd’hui 🙂

 [youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »uKeOug7z_fM »]

 

Merci à toi, lecteur adoré, de tout simplement me lire. Merci pour les gentils mails que tu m’envoies, tes encouragements, tes conseils. Merci de me faire rire sur facebook, et de rire à mes blagues qui, avouons-le, ne volent parfois pas très haut. Je ne pensais pas, je te le disais, en ouvrant ce petit blog, partager avec autant de gens, je n’imaginais pas que mes papotages intéresseraient d’autres personnes que ma mère et mon chat (moui, mon chat est une personne, parfaitement !). On dit que l’écriture est une thérapie, aussi je pense avoir ouvert plus qu’un site. J’ai commencé une belle aventure humaine, comme ils disent dans Secret Story. Et merci aussi de m’avoir compris : j’avais peur qu’une féministe en talons hauts et qui assume ses côtés potiches s’attire les foudres de ses comparses, mais je n’ai eu à ce jour que des retours positifs, même des plus Femen d’entre vous. Ah non, sauf toi petit internaute anonyme qui m’a reproché une fois de ne rien avoir inventé et d’être un cliché sur patte, mais comme je te l’ai dit, je n’ai aucunement la prétention d’être originale, ni de révolutionner le web. Je cause, c’est tout. Et dans un monde où beaucoup de femmes sont privées de ce droit, ne m’en veux pas s’il te plait de m’octroyer cette petite liberté, et d’estimer qu’en soi c’est déjà beaucoup de l’avoir. Ce droit.

 

Merci à vous, mes belles rencontres. La blogosphère est un joli monde, et j’ai la chance d’avoir croisé beaucoup de plumes passionnantes, de caractères attachants, de personnalités hors du commun, de talents exerçant dans des domaines qui m’étaient alors inconnus. Parmi vous, certains sont devenus de vrais amis, « en vrai » comme on dit, parce qu’écrire c’est avoir envie de partager, et le temps où l’internaute était perçu comme un geek asocial a fait long feu. La blogosphère est vivante, vibrante, ma vie sociale déjà bien agitée n’en est devenue que plus trépidante grâce à vous. SI vous saviez comme je vous aime !!!

 

Merci à toi, Babali, pour les longues heures que tu as passées derrière ton écran pour guider mes petits doigts et me permettre d’ouvrir ce blog. Je n’aurais pas eu ta patience si j’avais du rexpliquer mille fois à une potiche ce qu’est une feuille de style sur wordpress… Tu fais parti de ces gens bien qui donnent beaucoup sans se soucier de recevoir en retour, et ça, ça fait chaud dans le cœur…

Merci à toi mon deuxième papa-potiche, Vincent, qui m’a gentiment créé la bannière du blog J Papotiche est fière d’être une petite cousine d’Auguste Derrière.

 

Merci à vous, professionnels de tous horizons, qui m’avez généreusement invitée à des soirées, à tester des trucs improbables, des cours de cuisine, des dégustations rocambolesques, des initiations à l’effeuillage burlesque, des TEDx, des séances de réflexologie, des expos passionnantes, des « Levrette », ou encore découvrir des parcours atypiques comme le monsieur qui a crée Causette ou les nanas qui ont lancé Bibiche (me permettant même de rejoindre l’équipe). Merci pour vos conseils d’expert, en œnologie, gastronomie, et bien d’autres. Et merci à toi Isabelle Camus, pour ta confiance, et les portes que tu m’as ouvertes.

 

Merci à mon chat qui a profité d’une pause pipi pour se coucher sur le clavier et effacer une partie de mon article…

 

Merci à mes collègues de My Global Bordeaux, avec qui je me lance dans une nouvelle aventure en 2014, celle de Bordeaux Perché, dont je te parlerai très vite…

 

Merci à TOI, qui te reconnaitra, qui a partagé les délires d’une potiche dissipée autant qu’il a soutenu et aimé le clown triste , qui a accepté que je veille de longues soirées pour écrire des articles sur le cul plutôt que de le pratiquer, qui m’a emmenée en vadrouille pour tester des choses improbables, qui a subit mes (mauvaises) humeurs, qui m’a conseillée. Qui a juste été là.

 

Et merci à tous les autres, mes proches et mes amis qui ont matraqué facebook de liens pour promouvoir le blog !

photo-12

 

Bref, ça fait clairement César, désolée, mais bon, n’y vois pas de prétention de ma part, je suis une grande sentimentale et je ne voulais pas finir l’année sans vous dire tout ça. Je fais probablement partie de ces gens mièvres qui en font des caisses, mais partant du principe qu’un excès de gentillesse vaudra toujours mieux qu’un abus de fiel, je suis sûre que tu seras indulgent…

Demain, une nouvelle année commence copiiiiiine !!!

Bon, le premier jour ne compte pas hein, on sait bien que la plupart d’entre nous va le passer en mode loque sur le canapé, macérant dans les vapeurs d’alcool et l’odeur de tabac froid jusqu’à 18h devant des comédies sentimentales allemandes où le riche beau mec épouse toujours la nana un peu pommée à la fin. Mais tous les autres jours ma Potiche, je te les souhaite remplis de mille rencontres toutes plus belles les unes que les autres, de grandes joies comme de petits bonheurs simples, de fous rire à s’en pisser dessus, de beaux mecs musclés et pas farouche ou de nanas aux courbes parfaites avec qui tu auras même le droit de te marier puisque, Alléluia, c’est enfin possible ! Mais surtout, je te souhaite de marcher la tête haute, et droit devant toi, sans que jamais ton chemin ne soit entravé par le simple fait d’être née avec un vagin. Je te souhaite aussi de te tromper, de bifurquer, de prendre des détours tant que tu les auras choisis sans contraintes, de te planter de direction et de t’en moquer, et de croiser des gens qui t’aideront à retrouver la bonne route plutôt que de te la barrer. Que ces gens soient des femmes, ou des hommes, puisque le féminisme n’a pas de sexe.

Et à nous, je nous souhaite de vivre une année pleine de rebondissements ! Que tu sois le Prince charmant ou ma prochaine meilleure copine, une chose est sûre, cette année on la passera ensemble ! A nous deux 2014 : j’ai tellement hâte d’être à demain…

 

Belle et heureuse année !

[youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »B0dAuvCRzV0″]