J’ai toujours rêvé de toi, Cité du Vin

(read this article in english : « once upon a (city of) wine« )

Bonjour ma belle.

Toi, celle que l’on attendait tant.
Je t’ai vu t’éveiller ce matin, tandis que la foule impatiente clamait déjà à ta porte.
Le soleil te moirait d’ors, et tu prenais tout ton temps pour étendre une à une tes drôles d’écailles sous ses taquins rayons.

13318952_905644342869063_1663766936_n

Toi ma belle éveillée, accueillie au ventre de cette autre que l’on qualifia longtemps d’ »endormie ».
Comment te sens-tu, en cette veille de liesses, où ton flanc sera chauffé par mille projecteurs, et ton sol foulé de centaines de pas impatients?
As-tu conscience que l’on t’a veillée comme un enfant, et que l’on voulait de toi plus que tout ?

N’aies pas la pression ma belle.

Mets quelques instants toute cette effervescence de côté.

Viens et pose-toi. Je vais te raconter ton histoire…
Tu es née dans une ville qui ne pouvait faire sans toi.
Elle était une couleur. Elle était un nectar.

« Bordeaux ».

Le centre de notre monde, à nous les amateurs de bonne chère. Synonyme de mille promesses, et évocatrice de tant de sensations. Mais bien difficile à placer sur une carte, pour bon nombre d’internationaux.

« Bordeaux ».

On disait d’elle qu’elle était « capitale du vin ». Des touristes faisaient des centaines, des milliers de kilomètres, pour la rejoindre, elle et ses expériences. L’élégante ambassadrice aquitaine, qui se dévoile en se parant d’une simple feuille de vigne. La bacchante virginale, pour qui le vin est un art.
Je te vois sourire… Voilà 3 ans que l’on te sculpte, que l’on t’ausculte et que d’occultes schémas ne te parlent que de ça. Sous tes gouleyantes courbes arrondies, tu le fais déjà tournoyer dans tous les sens le vin, oh, tu le connais bien… Mais nous ?

Enfants gâtés dans cette ville bijou, qui a pour écrin l’un des plus beaux vignobles du monde, voilà que l’on réalise que tu avais tout à nous apprendre.

Le vin est culture. Le vin est civilisation.

Oh, on avait bien remarqué qu’au delà du verre où se reflétait le velours de la sombre robe de tes muses, le vin en avait sous le pied. Il était des moments entre amis, à la saveur impalpable. Des annonces faites, qu’il fallait immortaliser.

Aussi, des balades solitaires dans la campagne profonde, où se mêlent le fumet de la terre mouillée et le bruit des feuillages que le vent caresse comme un amant. En plongeant le nez dans un verre de Bourgogne, on retrouvait étrangement ses instants. Ils nous prenaient au corps, sans trop comprendre pourquoi…

Il était les longs monologues d’un homme, d’une femme, intarissables à son sujet, que l’on pouvait écouter des heures durant, nous parler des grains qui l’ont vu naître. Ces grains qui se gorgent d’un soleil et d’une terre qui ne trouvera jamais son équivalent à quelque autre endroit de la planète .

On connaissait ça, chacun en nos recoins du monde, à nos époques difficiles à quitter (parce les machines à remonter le temps, ça n’existe pas…). On palpait les émotions qu’un terroir et un morceau d’Humanité pouvaient nous glisser au creux de l’oreille. Mais qui était en mesure d’accueillir en son sein ces milliers de secrets disséminés en tous temps, et aux quatre coins du monde ?

Ta naissance…

C’est alors que des passionnés eurent l’idée de te confier cette mission. C’était en 2009.
Tu comprends pourquoi tant te gens attendent fiévreusement à ta porte ?

On posa ta première pierre en 2013. Première pierre…que dis-je : ton premier cep ! Dévoilé par le maire de ta mère, te souviens-tu comme ce moment fut émouvant ? Déjà, moi, j’étais là…. J’ai ressenti ce moment comme historique.

Voilà 3 ans que l’on affine ta silhouette, et que des fées licites se penchant sur ton berceau : les architectes ont fait de toi un être à part.

Ma belle, après 3 ans de travaux, tu vas ouvrir demain, et tu auras pour mission d’unir cultures et civilisations par un liant qui les rassemblent : le vin.
Et tu m’as fait un cadeau : la primeur de cette découverte.

13384767_905644742869023_1898638678_n

Visite privilège

Nous étions une poignée de journalistes, en arrivant au port de Bordeaux, et nous avons pénétré ton flanc en bord d’eau, une journée avant ton ouverture officielle.
Pardonne-nous: impatients, nous t’avons toisée, jugée, décortiquée, photographiée sous toutes les coutures. Mais que celles-ci, tout en finesse, étaient belles et élégantes…

D’abord, imposante et majestueuse, ton architecture unique au monde s’est imposée à nous comme une évidence. J’entends encore ces sceptiques et mauvaises langues préjuger de ton physique atypique. Crois-moi ma belle, j’en sais quelque chose : il n‘est jamais facile de sortir du lot… Il aurait été facile de te flanquer de 4 murs pour plaire à tout le monde, et de te faire entrer dans une case. Mais franchement, était ce là ton ambition ? Méritais tu tant de conformisme ?

Tandis que le bateau nous menait à toi , nous découvrons que tu avais déployé un large bras sur le fleuve pour nous accueillir. Depuis ce superbe ponton, en lieu et place des friches d’une époque révolue, le soleil faisait tournoyer tes reflets sous ses rayons. Il était bien là, le carrousel du vin au fond du verre…

Étonnant de voir comme tu te fondais au paysage, en prenant ses couleurs afin de ne jamais le heurter tout en t’imposant comme un mont telle Vénus.

En t’approchant, les yeux écarquillés, nous découvrons alors ton épiderme. Es-tu donc bien vivante, toi qui semble courber d’étonnantes écailles sous les plis et contorsion de ton squelette arqué?

La beauté intérieure

13384663_905645012868996_1437229031_n

Tu as alors ouvert ta porte… l’aventure commençait. Les lumières, déjà, étaient différentes. Comme si nous entrions dans une cuve. La première de tes salles nous conte alors ton histoire.
3 ans de travaux, retracés par ton album de naissance : Une exposition signée Isabelle Rozenbaum.

13335192_905644352869062_1944182309_n

D’emblée, tu sais que tes futurs visiteurs voudront des entrevues privées avec toi, alors tu leur a prévu des salles à part : bibliothèque, dégustations, ateliers. Chacun aura le choix de converser avec toi en cercles restreints.
Murs et plafonds se parent soudain de tentures organiques : il est temps de découvrir ton parcours permanent.
Les sonorités nous plongent dans une drôle d’ambiance. Ton physique est atypique : ta voix ne l’est pas moins. Des bruits de gouttes, des bribes d’opéras, des morceaux de phrases, tout se mélange sans que cela ne soit trop bruyant, et je perds mes repères. Pas à l’aise, je me demande où je suis.

« Tu n’es nulle part Papotiche, Le vin est partout dans le monde et l’histoire ».

Coquine : tu es en train de me déraciner pour me rendre vierge de tous préjugés, et me faire oublier la vision du vin que ma culture et mon époque m’ont inculquée…
J’accepte ton invitation.
Tu me rappelles que le divin nectar est le fruit du raisin, et que celui-ci est une terre, et des femmes et des hommes qui la façonnent. J’écoute, je regarde, des 4 coins du globe, des témoignages qui montrent que les techniques peuvent diverger, tant que la passion demeure.
Il y a des écrans partout autour de moi. Tu me parles terroir et racines par le biais du digital, tu es décidément bien impertinente jeune fille…

13348861_905645396202291_938298285_n

Je m’amuse avec ce monde virtuel que tu m’ouvres : je vais tourner quelques mappemondes, je fais glisser des images sous mes mains, j’en apprends déjà beaucoup (et je ne dirai rien à mes lecteurs !), et toi, c’est ce moment que tu choisis pour redevenir terre à terre : Me voici plongée au temps des égyptiens, des amphores et autres contenants, et je fais un bond dans le passé.
Je ressors de cet espace, et je me sens petite. On ne m’a pas attendu pour boire du vin…oh je le savais bien mais tu fais bien de me rappeler.

Tandis que je relativise, tu me prends à nouveau à contre-cep et me remets au centre du monde. Vient l’espace des senteurs de ce vin que tu me contes, toi qui as ce message à passer : le vin est avant tout une émotion. Il nous fait voyager dans le temps, mais au creux de nos propres affects.

Sous des cloches en verre, comme des souvenirs que rien ne peut altérer, tu as emprisonné ces parfums le vin nous rappelle, pour mieux nous libérer.

Les agrumes…le chocolat…l’herbe…je…je…
…Les fleurs blanches : qu’il était beau, qu’il sentait bon ce bouquet de lys et de lilas offert par mon premier amour. J’ai encore le nez plongé dedans…même si l’amour s’en est allé.
…L’ananas : je retrouve ces chaudes après-midi d’été, où ma mère me tendait de larges tranches de ce fruit exotique, pour me désaltérer. Et je mordais dedans comme on mord la vie, à 10 ans.
…Le cuir : je suis mal à l’aise. Elle est là, l’angoisse des écuries où étaient entreposées les selles de cheval. J’avais une peur panique de ces grands animaux, quand j’étais gosse et que le centre aéré nous y amenés pendant les vacances. J’ai 32 ans et cette odeur me fait encore trembler… A quoi joues-tu avec moi ???
La réglisse : soudain je revois ma mamie ouvrir ce lourd bocal de bonbons, tous imprégnés de l’odeur persistante du rouleau sombre et anisé qu’aucun de mes cousins ne voulaient prendre, et qui trainait au fond du pot, au point d’infuser roudoudous et oursons. Un jour, je le pris pour faire plaisir à mamie. Je repense à son sourire à chaque fois que je sens la réglisse.
A chaque verre de Pomerol qui en a le fumet.

13390865_905645412868956_22978967_n
La larme à l’œil, soudain, je comprends : ces émotions que le vin éveille en nous, c’est ce qui rend unique chaque gorgée qu’il nous offre. Voilà ce qui rend ce nectar divin…

La terre, mes émotions, désormais tu me parles du temps : Je m’assois et j’écoute Pierre Arditi converser avec d’illustres grands hommes, attablés comme à la Cène. Étrange Cène de théâtre…

L’histoire…et la culture ! Une salle plus loin, les conditions d’un repas sont recrées ! Et ça parle du vin dans la tradition juive, de la place du vin dans les repas de famille, des accords mets et vins selon les pays : Franck Ferrand ou encore Hélène Darroze me convient à leur banquet pour papoter un peu.

Point culminant

Et soudain, je retrouve le soleil et j’atteins ton mont, ô Vénus : la visite se termine par une dégustation en ton belvédère. On dit des yeux qu’ils sont le miroir de l’âme. Ton regard à toi se pose sur Bordeaux, avec une vue qui figurera parmi les plus belles de la ville.

13382276_905642972869200_1905512065_n 13342499_905642999535864_1585345820_n

Ton histoire? La nôtre…

Tiens, je voulais te conter ton histoire, mais au final ma belle, c’est toi qui avait à me conter la mienne. La plus intime, celle qui ramène chaque particule de mon corps à ma famille, mon passé, mes chagrins, mes petits bonheurs. Et la « grande » : celle de mon Humanité, des différences qui la nourrissent, des cultures qui s‘entrechoquent partout autour de moi et avant moi, pour faire le modeste être humain lambda à l’instant T que je suis. Tu m’as rappelé, via le vin, que j’étais toute petite, mais pourtant infiniment importante. Le vin est de toutes les cultures, et il nous parle civilisations.

Je sais qu’en cette veille d’ouverture officielle, mille plumes plus aguerries que moi vont te décrire et écrire sur toi. Je n’ai pas envie de briser la magie de tes secrets en levant plus concrètement le voile sur tes 3000m2, tes 20 espaces interactifs, ton restaurant, ton ADN. Mes lecteurs doivent avoir la même primeur de cette rencontre avec toi.

Je voulais juste te raconter ta naissance, te rassurer, et te dire que les fées qui se sont penchées sur ton berceau ont tenu leur promesse. Architectes, créatifs, toute l’équipe qui croit en toi depuis des années, je leur tire mon chapeau. Et je reviendrai régulièrement te voir, pour continuer avec toi ce voyage amorcé. Car tu as des heures et des heures d’images à me montrer…

Je sais que chaque histoire que tu me conteras fera des mes futurs gorgées de vin portées mes lèvres de nouvelles aventures.

La Cité du vin va ouvrir à Bordeaux…

Que te dire, pour conclure, ma belle ? D’un abord obscur, ton physique controversé a la superbe des plus grandes. Et ta beauté intérieure le confirme. Mais plus que tout, tu sais ce qui m’a le plus séduite chez toi, ma bacchante ? L’impertinence avec laquelle tu cloues le bec à ceux qui pointaient du doigt Bordeaux, la traitant de prétentieuse se « toisant le nombril » dès qu’il s’agissait de parler pinard. Parce que vous savez quoi ? Bordeaux, à tort qualifiée d’hautaine et d’égocentrique quand on parle bouchons, c’est bien la première et donc seule ville au monde à avoir érigé un si vaste édifice pour rappeler à ce monde que justement, JUSTEMENT, le vin n’a de frontières ni dans le temps, ni dans l’espace. La cité du vin n’est pas une ode à Bordeaux, mais un « palais » universel, une ode au vin, tout court.
A nos cultures. A nos civilisations. Il est un liant, en tous points de l’Humanité.

Je suis fière du message porté par ma ville, moi la Bourguignonne qui en entend parfois des vertes et des pas mures quand je rentre outre-Garonne, niveau Bordeaux bashing…

Bonjour ma belle.
Toi que l’on attendait tant.

13336315_905646072868890_84882887_n

Ton de baptême est « Cité du Vin », et tu es l’onguent qu’il manquait à Bordeaux. En portant ce message universel, la ville a, grâce à toi, gagné son titre de capitale du vin.
Nos continuerons à veiller sur toi, comme un trésor. Autant que désormais, tu veilles sur l’héritage de toutes nos civilisations.

Tu trembles ? N’aies pas peur, oh mon ange à part, et profite quelques instant de ceux qui passent pour en prendre ta part. Il parait que c’est celle qui enivre le plus…
Les liesses que tu déclencheras demain seront bienveillantes, promis, et Bordeaux te remerciera chaque jour d’avoir respecté ta promesse
Je te dis « merde » pour l’ouverture. Élégante mais loin d’être coincée, tu me pardonneras de finir par ce mot.

Ta dévouée, parmi tant d’autres désormais.
XoXo
Papotiche.

Infos pratiques :

La Cité du Vin – 1, esplanade de Pontac – 33 300 Bordeaux
www.laciteduvin.com

Tarifs:

Billet d’entrée (parcours permanent)

Adulte 20,00€
Adulte réduit* 16,00€
Jeune* 10,00€
Enfant* 8,00€
Moins de 6 ans GRATUIT

Certains espaces sont en accès libres. Possibilité de pass, abonnements et ateliers

Un espace accueil en accès libre vous renseignera sur l’offre oenotouristique du département, avec possibilité de réserver des excursions dans le vignoble (espace « routes du vin »).

HORAIRES 2016
Du 01/06 au 31/08 Tous les jours de 9h30 à 19h30
Du 01/09 au 30/09 Du lundi au vendredi de 9h30 à 19h00
Samedis et dimanches de 9h30 à 19h30
Du 01/10 au 31/10
Semaine :
Du lundi au vendredi de 10h00 à 18h30
Week-ends et vacances scolaires :
Ouvert tous les jours de 9h30 à 19h00
Du 01/11 au 31/12
Du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00
Vacances scolaires :
Tous les jours de 10h00 à 18h30
Fermeture exceptionnelle le 25 décembre